Tuesday, June 9, 2015

Éducation : Parlons d'enfants victimes d'exclusion sociale




crédits: unicef

"Pauvreté, enfants migrants, bidonvilles, justice pénale… Dans le cadre de l’audition prochaine de la France devant l’ONU, l'UNICEF France interpelle le gouvernement sur les nécessaires progrès à réaliser, et remet au Comité des droits de l’enfant une analyse du respect et des violations des droits de l'enfant sur notre territoire."

Unicef

Dans un rapport Unicef France se penche sur le lien qui existe entre "privations et exclusion sociale" chez les enfants. 

Vous rappelez-vous Paroles aux enfants victimes d'exclusion (2013). Le rapport qui est remis aujourd'hui le 9 juin 2015 au président de l'Assemblée bationale est alarmant.





« Plus de 3 millions d’enfants pauvres, plus de 30 000 sans domicile, 9 000 vivant dans des bidonvilles, 140 000 élèves décrocheurs chaque année, des disparités territoriales de plus en plus marquées, particulièrement criantes en France ultra-marine… Notre rapport est un cri d’alarme qui doit pousser les autorités françaises à agir d’urgence et de manière plus efficiente pour chaque enfant»

Michèle Barzach, Unicef France


C’est une situation alarmante. Trois millions d’enfants vivent sous le seuil de pauvreté en France (c’est-à-dire avec moins de 954 euros par mois) : 

  • 9 000 vivent dans des bidonvilles;
  • 30 000 n’ont pas de domicile;
  • 140 000 arrêtent l’école chaque année. 

Cela veut dire un enfant sur cinq en France, dénonce le Fonds des Nations unies pour l’enfance dans un rapport publié ce mardi

« La France échoue en partie à réaliser des objectifs primordiaux qui lui sont assignés à l’égard de l’enfance et de la jeunesse et ce sont les plus fragilisés par la pauvreté, l’exclusion sociale, les discriminations (…) qui en payent le plus lourd tribut » 

Michèle Barzach, présidente de la branche française de l’Unicef s'alarme. Une situation qui n’a cessé de se dégrader ces dernières années : entre 2009 et 2010, deux nouveaux pauvres sur trois sont des enfants de moins de 18 ans.



crédits: unicef
  
Parmi les 10 thématiques explorées dans le rapport, est abordée la pauvreté des enfants. 

La prise en compte des conséquences de la crise économique sur les enfants et adolescents reste pour l’UNICEF France dramatiquement insuffisante. 

Les enfants et les jeunes sont impactés de manière disproportionnée par la crise économique et beaucoup d’entre eux cumulent les inégalités (éducation, insertion sociale et professionnelles, santé) aux conséquences désastreuses pour leur avenir et celui de la société tout entière.




Enfants migrants et bidonvilles:

Au lendemain de l’évacuation des migrants dans un quartier de Paris, le rapport dénonce « la situation inacceptable des enfants migrants non accompagnés vivant en bidonvilles ». 

Ils seraient environ 8 000 à 10 000 mineurs

Le système scolaire est aussi vivement critiqué par ce rapport. Les chiffres dévoilent les disparités territoriales de plus en plus marquées.



crédits: unicef

Le Comité des droits de l’enfant des Nations unies se déclare « préoccupé par l’absence d’une stratégie globale nationale pour les enfants et d’un plan national pour sa mise en œuvre ». « Le gouvernement a le devoir d’adapter nos politiques de solidarité pour empêcher que la pauvreté ne devienne l’héritage et l’horizon d’une partie croissante de la jeunesse française », conclut le rapport.




Éducation:

J'écris souvent sur ce sujet qui me choque trop. Rappelons-nous Child Poverty in Developed Countries ou The Hard Times Generation: Children's Rights.

C'est un sujet qui me touche de près depuis des années. On connait cette réalité, quand on regarde ces enfants et jeunes ados - ceux qui viennent au collège - dans nos cours.

En plus en écoutant ces enfants sur les vidéos en haut, je me sens attristée. même bouleversée. Mais c'est une réalité que je connais au le quotidien de nos écoles, collèges, et souvent lycées.

Pauvreté et crise économique:

La France n'est pas le seul pays européen où les enfants et les jeunes ados souffrent de précarité sociale. Un rapport constatait en 2013 que "Un tiers de l'Europe sera en situation de pauvreté en 2025". à lire ici.

Déjà en 2012, l'Unicef avait présenté un rapport de 30 million d'enfants, dans 35 pays dévelopés qui vivaient en pauvreté.



crédits: Anne-Christine Poujaulat/AFP

"As debates rage on austerity measures and social spending cuts, a new report reveals the extent of child poverty and child deprivation in the world’s advanced economies."

Unicef (Brussels, 29 May 2012)

Les enseignants dans les écoles et établissements d'enseignement savent au quotidien combien d'enfants, même dans les grandes villes, vivent en situation de pauvreté.

Les enseignants dénoncent aux psychologues de l'école les cas qu'ils aperçoivent et souvent demandent l'intervention des organizations des droits de l'enfant.

Ils font aussi un effort particulièrement pédagogique d'informer les enfants de leurs droits conformément à la Déclaration des Droits de l'Enfant et la Convention relative aux droits de l'enfant.

Les enseignants stimulent leurs élèves à réfléchir sur les différences entre eux et les autres et d'expliquer la notion de "droits". 



Harcèlement collège/lycée

L'harcèlement au collège/lycée, est aussi un sujet qu'on travaille beaucoup.

Les enseignants parlent beaucoup d'harcèlement. On travaille des activités dans les cours, des projets scolaires, la sensibilisation près des étudiants contre le harcélement.

Discuter les problèmes d'harcèlement en classe, écouter les jeunes, demander leur intervention près d'un copain ou ami.

Écouter leur anxieté, partager leur soufrance psychique, c'est indispensable. On peut les aider et on doit alerter les parents, les psychologues, les organizations de protection de mineurs.

Il peut s'agir de stimuler l'intérêt dans les médias du monde entier ou des campagnes nationales.


Ressources pédagogiques:
  • Vidéos/films
Les enseignants qui travaillent dans les écoles à problèmes le font différemment depuis pas mal d'années. Moi, comme d'autres professeurs nous avons pratiqué l'enseignement par des projets sans abandonner le parcours obligatoire des programmes. On suivait les programmes... d'une autre manière.  

Voyons le cas du film Les Héritiers inspiré d'une histoire vraie, qui s'est déroulée au sein même du lycée Léon Blum de Créteil, qui a gagné un fameux concours en travaillant collectivement.




"Un beau film pédago mais pas démago"

Le Figaro

Un classe de cancres peut-elle briller dans un concours national d'Histoire ? Il va falloir s'accrocher... Un film de la réalisatrice Marie-Castille d'après une histoire vraie.

Les enseigants ont des ressources en ligne sur le site : dossier d'accompagnement (à télécharger).

Une leçon de courage pour tous ceux qui pensent que réussir est impossible et pour tous les enseignants qui sont tentés par le lâcher prise dans leur profession face à un sentiment d'impuissance.







"Une professeure désabusée intègre le collège Léon Blum de Créteil, avec des élèves peu motivés et désabusés par le système scolaire. Elle sait qu'elle doit donner un sens à sa vie, et peut-être à celle de ses élèves. C'est ainsi qu'elle décide de les intéresser à l'histoire et les inscrit au Concours national de la Résistance et de la Déportation. Les cancres se découvrent des ressources qu'ils ne soupçonnaient pas et vont reprendre confiance en eux et en leurs capacités. Les leçons ne profitent pas uniquement aux élèves, qui eux aussi redonnent goût à l'enseignement à celle qui n'y croyait plus. "




Mais on pourrait parler aussi de Entre les murs un film que parle de race et de genre. Il exploite des structures d'autorité entre l'enseignant et ses élèves. Il fait face à des problèmes de race et genre, des problèmes dans une classe multiethnique. Il explore en outre la propre identité des étudiants en tant que "français" ne se sentant pas encore véritablement français. Il jette un regard sur l'espoir que doit continuellement être 'ressuscité'. 




Reculant un peu, Dangerous Minds (1995) qui a tracé une nouvelle ligne d'intervention pour les enseignants des années 90 est une leçon extraordinaire d'engagement social "au delà des murs' d'une salle de classe.

Moi à l'époque que donnais des cours de littérature/langue dans une école de prévention ( je travaillais des projets transverseaux dans le curriculum). 
J'avais une classe particulièrement difficile (insertion sociale, familles en difficulté, race, jeunes en danger, démotivation, décrochage scolaire.) 

J'ai invité la classe à voir le film au ciné avec moi. Et tout se qui s'est passé après, m'a rendu heureuse comme professeure et comme être humain. A la fin de l'année scolaire, aucun élève n'a quitté l'école (collège/lycée), pas de décrochage, pas de rétention.

Encore aujourd'hui, si des élèves de cette classe me croise dans la rue, il viennent me parler de l'importance de leurs expériences dans mes cours à un moment très compliqué de leur vie d'ados.

Enfin, tous ces trois films se passent dans une salle de classe. Si vous (comme moi) aimez être enseignants, vous irez sûrement exploiter pédagogiquement un ou deux de ces trois films présentés.

Ressources Unicef:

  • Infographies;
  • Vidéos;
  • Rapport;
  • Chiffres.
À consulter ici ; YouTube Unicef ici ; Rapport en ligne ici

Quelques pensées: 

Dans un temps où on parle beacoup du modèle d'un pays comme la Finlande, il faut penser à adapter les problèmes et leurs solutions à la réalité de chaque pays. 

On a relevé enormément le fait du passage de la forme stricte des curricula vers le travail de projets. Oh! Ce n'est pas du tout du nouveau.

Dans des écoles à problèmes, ça fait des années que des profs travaillent les disciplines par des cours transversaux. Pas à part, comme suggère la Finlande, toujours dans les cours, sans perdre la notion de programmes et de préparation des ados à la vie active.

Des enseignants introduisent dans leurs cours des activités, des projets scolaires qui font travailler des apprentissages pratiques à la vie active.

Comme enseignante, je me rends bien compte que tous ces problèmes de précarité, exclusion sociale, harcèlement, pauvreté, souvent violence chez les parents, défavorisent de plus en plus les droits de l'enfant et des jeunes, diminuent leur intelligence, concentration, motivation, engagement, ne leur permettant pas de faire des études.

Comment pouvons directionner nos cours pour la technologie - oui la technologie est un outil essentiel - sans penser aux valeurs, et à l'inclusion sociale et éducative de ces enfants et jeunes?

Que pouvons-nous espérer d'une génération qui grandit dans de telles conditions? 

Rappelons-nous les mots de Catherine Dolto, médecin et thérapeute (2013)


"N'oublions que les enfants devenus grands rendent à la société ce qu'elle leur a donné."

#ChaqueEnfant compte. Partout, tout le temps.

Unicef, rapport

G-Souto


09.06.2015
Copyright © 2015G-Souto'sBlog, gsouto-digitalteacher.blogspot.com®

Creative Commons License

No comments: