Friday, April 27, 2012

Bavardage! Parlons-en?



Le Bavardage Parlons-en enfin

Fayard | Janvier 2012

"J’enseigne la philosophie en lycée depuis bientôt vingt ans et, au fil des années, je me suis rendu compte que, dans les classes, le problème le plus répandu et le plus délicat à négocier était le bavardage.

J’ai donc décidé de traiter ce phénomène dans le livre dont vous voyez la couverture ci-dessus. J’y expose ma façon de voir et mon cheminement dans ce domaine. Mais je souhaiterais aussi vivement collecter d’autres points de vue que le mien et permettre à tous ceux qui le souhaitent d’exprimer leur propre expérience." (...)

Florence Ehnuel, professeure

C'est comme ça que l'auteure présentat son livre "Le Bavardage Parlons-en enfin" paru chez Fayard, Janvier 2012.

Quelques pensées :

Le bavardage, pas facile à définir. Il peut marquer des états différents: un réel intérêt pour le cours ( et ça j'aime bien et j'en profite) ou alors un réel détachement. 


Comme professeure de Langues confrontée quotidiennement au brouhaha dans mes classes, je fais de ce mal une marque positive, un bavardage 'autorisé'.




Moi, je vois souvent le bavardage comme un élément positif, Il peut contenir une certaine pédagogie active, en particulier de la mienne, à savoir un bavardage pleinement 'autorisé', un temps d’expression verbal surtout d’entrée de cours ou petite 'pause' pendant le cours.

Il n'est pas à proscrire, et il est conseillé si c'est le reflèxe de l'interêt des étudiants au sujet qu'on présente en cours. 

Un élève qui parle a un effet d’entraînement sur les autres et légitime le bavardage de tous. Vrai.

Le problème du professeur débutant, c’est la gestion de l'ambiance de classe. Par ambiance,  il faut bien sur parler 'bavardage'.

À ce propos, j'avais déjá écrit sur un livre Ah! Les jeunes (2010) de Joy Sormon et François Bégaudeau (Larousse) en réfléchissant sur le film Entre les Murs dont ce dernier, un enseignant, est aussi auteur et acteur.



Livre et film défendent les nouvelles générations, comme je le fais, d'ailleurs! Ah! Les jeunes peut alors aider l'enseignant débutant à mieux comprendre par l'exemple vif, la gestion de l'ambiance de classe.


Gèrer au mieux l’ambiance de sa classe c’est toujours mieux que d’avouer qu’on essaie de rétablir l’ordre dans un chaos bien organisé.

D'autre part, il y a les élèves dont le bavardage des autres empêche de se concentrer. 

Mais ce bavardage 'autorisé' peut être utile, voir conseillé, à certains élèves timides. 


Pour les enseignants  débutants ou les enseignants dont le bavardage les rend malades ou 'résignés' d'avaler des aspirines, parlons de "marcation de périodes": 

Le changement de rythmes, par exemple, comporte des périodes durant lesquelles les élèves sont amenés à discuter entre eux. 

L’humour? Oui. L'humour voire la satire qui consiste à prendre à partie le bavard.


Pensées finales : 

La punition? Jamais! En face des collègues? Une 'humiliation' que l'élève ne pardonnera pas! 

Le déplacement de l’élève? Non plus! Ça va lui permettre de se mettre en évidence 'négative'.

L’interrogation immédiate de l’élève avec ou sans notation est une autre possibilité. Une possibilité pédagogique. Si on le fait, préférable en notation sympa, 

Ça veut dire qu'il ne faut jamais passer l'idée qu'on veut 'punir' le bavardage de cet élève en particulier. Tout au contraire! On veut lui permettre de s'exprimer librement, en présentant sa compréhension et son point de vue du sujet dont il faisait cause de bavardage. 


Les étudiants ont des idées. Ils comprendront parfaitement qu'on leur donnent la parole pour valoriser leurs apprentissages et leurs compétences d'expression. Et ils en profiteront pour bien s'en sortir. Après tout, la classe les écoute!

Revenons au livre "Le Bavardage parlons-en enfin"! Florence Ehnuel propose de faire du bavardage l’objet d’un vrai débat. Écoutons-la:




On sait quand même bien qu’une heure de cours devient aussi une heure d’un spectacle intense qui exige du professeur le sens du théâtre et de l'improvisation,  mais surtout la compétence du savoir et l'expérience.

Finalement, rappelons-nous que la classe est un "lieu de vie et d’échanges" . Et que la pédagogie diférenciée est une réalité dans nos jours. 

Je mesure la complexité du sujet, en classe de collège ou lycée, mais tentons (conseil d’ancien) une approche raisonnée et mesurée de ce phénomène, en exploitant mieux les richesses potentielles très révélatrices de la société médiatique que nous vivons et peut-être en minimisant un peu plus les aspects négatifs.



Enfin il serait bon aussi de redécouvrir (quelques secondes) la puissance régénératrice du silence en groupe. Ça s'apprend aussi.


G-Souto

27.04.2012
Copyright © 2012G-Souto'sBlog, gsouto-digitalteacher.blogspot.com®

Licença Creative Commons
Bavardage! Parlons-en?  by G-Souto is licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 3.0 Unported License.



No comments: