Friday, March 16, 2012

Hommage




Photo: Yorick Jansens | AFP



Photo: Adrian Streun | Reuters


"Il n'y a pas de mot pour exprimer la douleur que l'on ressent lorsqu'on perd un enfant"

Elio di Rupo, Premier ministre belge 

Enseignante, je ne peux pas m'arrêter de penser à ces vingt-deux jeunes écoliers et leurs six professeurs et accompagnants. 

Cet accident en vacances de neige de jeunes étudiants belges me touche de si près!

Je suis souvent partie avec des élèves portugais en échanges scolaires! Et je sens dans la peau ce que c'est la responsabilité de sortir avec des  jeunes étudiants.

À chaque fois, je partais le coeur serré, de peur que quelque chose puisse arriver à des enfants qui nous sont confiés par des parents qui déposent en nous tout leur espoir: leurs enfants.

Mais la joie des élèves, leur sens de responsbilité en comprennant la grande responsabilité qui pesait sur nous les professeurs, les faisaient plus responsables et coopératifs. 

Et c'est vrai que leur joie, quand on partait à l'étranger, était tellement grande qu'on oubliait un peu les risques qui pesaient sur nous. Et on les accompagnaient le coeur gai de voir leur bonheur.


photo: dr

Il y avait un journal en ligne des enfants de la classe de Heverlee qui proposait de nombreuses photos des écoliers, comme celle-ci, et des courts résumés de leurs journées du 5 au 12 mars. Sur les clichés, on voit les jeunes Belges prendre du bon temps en Suisse. Ils s'amusaient à effectuer des glissades dans la neige, apprennent à faire du ski, se baladant en divers lieux du val d'Anniviers. Et ils étaient heureux.

La Belgique est en deuil! Mais pas seulement la Belgique. Je crois que tous les étudiants et tous les professeurs dans beaucoup de pays sont unis dans cette tragédie.

Mes pensées sont avec les vingt-deux jeunes étudiants qui ont perdu la vie, les professeurs qui sont morts aussi et qui ont tout fait pour que ces vacances de ski  puissent se passer de la meilleure façon, et les blogs des étudiants en sont la preuve.



Photo: Sébastien Bozon | AFP

Je suis de tout coeur  avec les parents qui ont perdu leurs enfants, les écoliers qui ont perdu leurs amis, les professeurs qui ont perdu leurs collègues, les familles des professeurs et du chauffeur du car.

Je pense aux victimes, enfants et enseignants, ainsi qu'à tous ceux qui restent là et qui doivent surrmonter une telle tragédie.

J'ai beucoup hésité de publier une photo de groupe des enfants. Mais les visages des enfants sont protégés. Et je crois qu'ils ont le droit d'être montrés dans cette photo qui témoigne leur joie. Il faut penser à eux comme ils étaient! De beaux enfants. Des enfants heureux.

Une bonne nouvelle: une des trois jeunes étudiantes grièvement blessée dans le terrible accident "s’est réveillée du coma artificiel", selon un communiqué de l’hôpital de Lausanne où les enfants sont hospitalisés. Depuis hier, elle est pleinement consciente et peut échanger avec son entourage.  Les deux autres   doivent encore être maintenues dans un coma artificiel en raison d'une atteinte neurologique. Mais, quand même, c'est déjà un signe d'espoir.

Mes pensées les plus tendres vont vers les trois jeunes élèves et leurs parents. 


Quand l'oiseau arrive 
s'il arrive 
observer le plus profond silence 
attendre que l'oiseau entre dans la cage 
et quand il est entré 
fermer doucement la porte avec le pinceau 
puis 
effacer un à un tous les barreaux 
en ayant soin de ne toucher aucune des plumes de l'oiseau  


Faire ensuite le portrait de l'arbre 
en choisissant la plus belle de ses branches 
pour l'oiseau 
peindre aussi le vert feuillage et la fraîcheur du vent 
la poussière du soleil 
et le bruit des bêtes de l'herbe dans la chaleur de l'été 
et puis attendre que l'oiseau se décide à chanter.


Jacques Prévert, Pour faire le portrait d'un oiseau 
(extrait)


G-Souto

16.03.2012
copyright © 2012G-Souto'sBlog, gsouto-digitalteacher.blogspot.com®


Licença Creative Commons



No comments: